Contact BECOME VIP VIP CONNEXION
22

Montréal-Springfield Missouri 2014(Nashville, Memphis et Kansas City)

Montréal-Springfield Missouri

Nashville, Memphis et Kansas City

Spyderfest 2014

À la quatrième journée, mon instinct de loup solitaire refait surface et je décide de temporairement quitter le groupe pour me diriger vers Nashville, Tennessee, Capitale du country. Le ciel est noir et il y a des avertissements d’orages violents. Pour éviter le pire, je pars à 6h00 AM. J’aurai un peu de pluie mais rien d’excessif. J’arrive à Nashville vers 11h00 et je me tape une sieste avant de me diriger vers le «downtown». La rue Broadway est passablement achalandée en ce lundi après-midi plutôt maussade en termes de météo. Je repère rapidement un parcomètre sur la rue Broadway et je gare la « bête ».  À peine ais-je fini de me stationner, qu’on commence à me poser des questions concernant le Spyder.

50Je me dirige aussitôt au bar « The Stage » où s’exécute un musicien seul. Le temps d’une consommation et je me dirige vers le « Robert’s Western World » dont le décor est hallucinant avec ses fresques country, ses guitares accrochées aux murs, son immense « stage ». Là, ce sont quatre musiciens qui s’exécutent. Le leader du groupe, en plus d’être un excellent musicien et chanteur, est un très bon « entertainer ». Il s’adresse à la foule pour la stimuler, sollicite des demandes spéciales, blague avec un et nargue un autre. Les pourboires aux musiciens affluent.

Je passe une fin d’après-midi de rêve. Je retourne à l’hôtel sous la pluie. Chemin faisant sur l’autoroute, je traverse une profonde mare d’eau, le Spyder se retrouve en situation d’aquaplaning et se met de travers d’environ 20 degrés, je ramène doucement le volant pour reprendre le contrôle, la machine retouche à une zone moins trempée et se ramène d’elle-même parfaitement alignée avec la route. Les contrôles électroniques de stabilité se sont donc mis à l’œuvre, j’en remercie le ciel et BRP.

Je retourne sur Broadway le soir et je passe une partie de la soirée au légendaire « Tootsie’s ». Le bar est plein à craquer d’une foule bigarrée de jeunes en jeans et d’hommes en veston qui sont probablement en ville pour un congrès. Les femmes sont belles et portent presque toutes des bottes Western, ce qui ajoute au style. La magique ambiance de Nashville opère encore plus le soir.

Memphis

photo 5On est mardi matin, il y a déjà 6 jours que j’ai quitté Québec, et aujourd’hui j’ai rendez-vous avec le King du Rock and Roll, Elvis Presley. Même si je ne suis pas un grand fan, on ne peut pas passer par Memphis sans voir Graceland. Et la visite fut vraiment fantastique. Fan ou pas, Elvis est un phénomène populaire extraordinaire et sans précédent avec un milliard d’albums vendus. Si la résidence de Graceland fait un peu kitch, c’est tout à fait d’époque avec l’abondance de tapis, de miroirs et d’objets de décoration massifs.

Les voitures de Elvis étaient variées et fort jolies et il possédait même une motoneige qui n’était cependant pas une Bombardier. Les objets de collection sont nombreux, variés et bien présentés. On nous montre même ses 2 avions personnels, dont un est une véritable maison volante. Et des murs pleins de trophées ou de 45 tours  en or pour des records de vente. Vraiment, j’ai été agréablement surpris. Le soir venu, je me couche tôt, le parcours du lendemain sera long : 730 Km.

Kansas City / Kearney

25Je me pointe à Kansas City  à 18h45. Il m’a fallu ne pas traîner en chemin pour arriver pour le début du match de baseball entre les Royals et les Blue Jays de Toronto. Le stade Kaufmann, rénové en 2006, est magnifique. De somptueuses fontaines, des restos à aires ouvertes qui s’ouvrent vers le terrain, un écran géant vraiment géant, etc. Comme la température est froide (12 degrés Celsius), la foule est peu nombreuse mais très animée. Après 3 manches à l’extérieur et une bière froide, je suis gelé. Je vois une large section vitrée et chauffée, la zone Diamond Club, et je dis au portier qui la contrôle que je ne suis pas membre du Club mais que je suis tout de même un diamant du Québec qui a parcouru beaucoup de chemin pour assister à ce match et sans plus insister, il accepte de me laisser entrer en sollicitant ma discrétion sur cette faveur à mon endroit.

Je passe une soirée magnifique au Club Diamant, discutant à gauche et à droite avec d’autres fervents de baseball. Le score final, Royals 4 Blue Jays 2, les partisans sont heureux.

16Le lendemain, c’est Jessie James et son frère Frank qui m’attendent à Kearney, situé à environ 45 km de Kansas City. Il y a là la ferme familiale des James, plantée dans un beau décor du Missouri. Un petit musée fort sympathique résume, à l’aide d’un  film documentaire et de nombreux artefacts, la vie tumultueuse des deux légendes du Missouri. Jesse James, le prince de la gâchette et célèbre dévaliseur de banques, pilleur de train et de diligences, aura fait une carrière de 16 ans comme hors la loi, avant d’être abattu par derrière par un des membres de sa gang qui voulait toucher la prime liée à sa tête. La réputation de Robin des Bois des cowboys de Jessie James, volant les riches pour redonner en partie aux pauvres, ajoute à l’aura du personnage. 

La visite terminée, je prends la route de Springfield Missouri pour l’ultime étape du périple : assister au Spyderfest annuel.

René Lavoie

You will like...

Leave a Reply

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.